dim.

22

janv.

2012

Sarko et les pauvres

Avec Sarko pour les riches c'est des couilles en or

                   pour les pauvres c'est des nouilles ... encore

 

EN 2012 NI COCA NI COLAS

0 commentaires
Titre Auteur
Note
Date lecture
Le cercle littéraire des amateurs d'éplucheurs de patates
Mary Ann Shaffer XXXX- Aout 2010
La perle
John Steinbeck

XXXXX

Aout 2010

L'insupportable
Didier Porte

XX---

Sept 2010

La lionne blanche 

Henrick Mankel

XXX--

Sept 2010
Tortilla Flat John Steinbeck XXXX- Sept 2010
Avant le gel
Henrick Mankel

XXX--

Oct 2010

Les chaussures italiennes
Henrik Mankel

XXXX-

Nov 2010

Concerto à la mémoire d'un ange -
Eric Emmanuel Schmit

XXX--

Oct 2010

Le jeu de l'ange Carlos Ruiz Zafon

X-----

Oct 2010
J'aurais pu virer malhonnête Bernard Lonjon

XX--- 

Nov 2010 
Les chiens de Riga Henning Mankell

XX--- 

Nov 2010 
Sans un Adieu Harlan Coben
XXX-- Dec 2010
Les particules élémentaires Michel Houellebecq XX--- Dec 2010
Le vol des cigognes
JC Grangé XXX- Janv 2011
L'Homme inquiet
Henning Mankell XX--- Janv 2011
Mes étoiles noires
Lilian Thuram XXXX- Fev 2011
La carte et le territoire
Michel Houellebecq XXX-- Fev 2011
Jean Ferrat - Une vie Jean-Dominique Brière
XX---- Mars 2011
Apocalypse bébé
Virgine Despentes
XX---- Mars 2011
  Une forme de vie
 Amélie Nothomb
XX---- Mars 2011
Qu'ils s'en aillent tous Jean-Luc Mélenchon XXXX- Mars 2011
  Le sang des immortels
  Eric et Richard Lo Bolloch
  XXX--   Avril 2011

Le cercle littéraire des amateurs d'éplucheurs de patates - Mary Ann Shaffer

Lu en juillet 2010
Lu en juillet 2010

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis - un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates...) délices bien évidemment strictement prohibés par l'occupant. Jamais à court d'imagination, le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d'humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d'autres habitants de Guernesey , découvrant l'histoire de l'île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l'impact de l'Occupation allemande sur leurs vies... Jusqu'au jour où elle comprend qu'elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l'invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu'elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

 

Ce roman épistolaire, genre que j'apprécie beaucoup, se lit très facilement, joyeusement presque. Il est intéressant dans la description de la cohabitation des occupants et des autochtones. Se rendre compte comment la vie peut s'organiser quand un occupant reste longtemps. On s'aperçoit qu'il y a des bons ariens et des mauvais ... à tout! Ni tout blanc ni tout noir.


 

                                                                                                          retour

La perle - John Steinbeck

Comme toujours chez Steinbeck, on retrouve un roman très bien écrit avec une fibre sociale très profonde. La perle n'aura été pour eux qu'une brève rêverie et le début d'un cauchemar, puisque l'enfant meurt. Peut-on aspirer à un destin autre que celui pour lequel on semble être né?  

 

                                                                                                              retour

L'insupportable - Didier Porte

 

« Quand je me remémore cet épisode, maintenant que j’ai pris le temps d’opérer un salutaire retour sur moi-même, je me dis que si j’avais été un minimum responsable, j’aurais dû comprendre à ce moment que j’avais outrepassé les limites du supportable, et profiter de la chance inespérée que m’offrait mon directeur d’admettre mes erreurs et de faire amende honorable. J’aurais dû formuler des excuses publiques et offrir sur un plateau […] ma démission définitive de la radio, pour prix de mon pardon. J’aurais dû me sacrifier pour sauver l’honneur de France Inter. Eh bien, croyez-moi si vous voulez : ça ne m’est pas venu à l’idée… quel petit con j’étais !… »

Lorsque, en juin 2010, Didier Porte est licencié de France Inter en même temps que Stéphane Guillon, une vague d’indignation soulève l’opinion. « L’humour ne doit pas être confisqué par des petits tyrans », argue alors le patron de Radio France pour écarter les soupçons de pression politique qui pèsent sur ce double licenciement. Dans cet ouvrage agrémenté de nombreuses chroniques aussi drôles que féroces, l’humoriste nous livre sa version des faits. Mais le mea-culpa de cet incorrigible frondeur pourrait bien masquer un nouveau forfait… On vous aura prévenu : ce type est in-sup-por-table !

 

Comme de nombreux auditeurs d'Inter j'ai été très choqué par ces 2 licenciements. Comme je l'ai écrit dans un mail adressé à cette radio, pendant quelques temps j'ai remplacé l'écoute des chroniques de 7h50 par une lecture d'un chapitre de ce livre. Je terminais ce mail en disant que les 2 nouveaux directeurs de Radio France étaient les ValHes de la république. Ceci étant la question que je me suis posée c'est de savoir si Sarko ne gagnait pas à provoquer cela et ainsi à faire fuir les auditeurs de la radio publique. Bien que sans doute, comme moi beaucoup ont dûs aller sur Mediapart, arret sur images ou encore Bakchich. Le livre de Porte est intéressant car on entre dans la maison de la radio mais cela ne vaut pas les chroniques en direct dites par Porte ou Guillon. L'écriture n'est pas de grande littérature.

 

                                                                                                             retour

La lionne blanche - Henning Mankell

 

Avril 1992. En Scanie, Louise Åkerblom, jeune mère de famille et agente immobilière vient de conclure une affaire. Il fait beau. C'est vendredi. Elle a acheté des gâteaux pour le dîner familial. Elle prend sa voiture pour visiter une dernière maison et se retrouve sur un chemin qu'elle n'aurait jamais dû emprunter : un homme l'abat froidement d'une balle en plein front. Peu auparavant, en Afrique du Sud, dans la province du Transkei, le tueur professionnel Victor Mabasha, qui croupit dans un bidonville, se voit confier une mission inespérée. Ses commanditaires sont des Blancs, comme d'habitude. Mais cette fois, des Afrikaners haut placés, opérant au cœur des services secrets sud-africains. Sa cible, un homme politique de premier plan. Le Président Frederik De Klerk ? Il n'en sait pas plus. Quelques jours plus tard, le corps de Louise est retrouvé au fond d'un puits, à Skurup, aux environs d'Ystad, par Wallander et son équipe qui enquêtaient déjà sur sa disparition. Mais le passé de la victime est désespérément sans histoire. Pas le moindre indice.
Quelques jours plus tard, une maison explose à Skurup. Des débris de radio sophistiquée, de revolver et le doigt sectionné d'un homme noir sont retrouvés dans les décombres.
Après avoir tourné en rond, l'enquête démarre véritablement. Y-a-t-il un lien entre l'explosion et le meurtre ?
La suite est hautement imprévisible : un téléscopage vertigineux entre la banale réalité quotidienne de la Scanie et la lutte sans merci qui oppose, au même moment, à l'autre bout du monde, les partisans forcenés de la suprématie blanche et les artisans tout aussi déterminés - De Klerk et Mandela - de l'abolition de l'apartheid et du processus de démocratisation. Mais que sait Wallander de l'apartheid ? Que sait-il d'une façon générale de la situation internationale ? Par exemple, sait-il qu'il peut exister une relation entre l'ex-KGB et les Afrikaners fascistes ?
Il y a tout juste dix ans, le 27 avril 2004, au terme de premières élections libres, l'Afrique du Sud se choisissait Nelson Mandela comme Président.
Le point de départ ici pour Henning Mankell est pourtant une tentative d'assassinat contre Mandela, peu après sa libération, par des Afrikaners extrémistes. Chargé d'enquêter sur la disparition d'une mère de famille exécutée par un ex-agent du KGB, lequel entraînait en Suède le tueur noir à la solde des fascistes blancs, Wallander est habilement introduit par son créateur dans le climat politique confus de l'Afrique du Sud, au moment où le Président De Klerk s'efforce d'abolir l'apartheid et de faire de son pays la "nation arc-en ciel."
Né en 1948 dans le Härjedalen, Henning Mankell partage sa vie entre la Suède et le Mozambique où il dirige, à Maputo, la troupe du Teatro Avenida. Il a reçu les Prix Mystère de la Critique, prix Calibre 38, Trophée 813 en France --, sans parler des millions d'exemplaires vendus dans le monde.
Mankell est également célèbre pour ses pièces de théâtre et pour ses livres destinés à la jeunesse. Dans la "série Wallander", La Lionne Blanche est le 7ème titre à paraître au Seuil.

 

Un bon Mankel avec quelques réflexions intéressantes sur l'Afrique du Sud et le régime de l'Aparthied en filigrane dasn tout le livre.

 

                                                                                                           retour

Tortilla Flat - John Steinbeck

 

Steinbeck ouvre son roman sur les mots suivants : « Voici l’histoire de Danny, des amis de Danny et de la maison de Danny. Voici comment ces trois sont devenus une seule et même chose, car, à Tortilla Flat, lorsqu’on parle de la maison de Danny, il ne s’agit pas d’une veille construction de bois mal badigeonnée, disparaissant sous un antique rosier de Castille jamais taillé. Non, quand on parle de la maison de Danny, on entend par là une entité dont les composantes étaient des hommes et qui fut source de douceur et de joie, de philanthropie et pour finir, de peine mystique. Car la maison de Danny n’est pas sans rapport avec la Table ronde, ni les amis de Danny avec ses chevaliers. Voici donc l’histoire de ce groupe : comment il se forma, comment il crût et s’épanouit en une organisation de sagesse et de beauté. On y verra les amis de Danny et leur vie aventureuse, avec les biens qu’ils on fait, avec leur pensées, avec leurs entreprises. On y verra à la fin comment le talisman fut perdu et comment le groupe se désagrégea. »
Et, étant donné que Steinbeck remplit son contrat, nous livre ce qu’il annonce, je préfère citer ses mots pour donner un aperçu du style et de l’histoire du livre où selon moi des phrases très simples peuvent provoquer beaucoup d’émotions (bien sûr « simple » s’entend à la lecture et non à l’écriture car il est très difficile d’écrire des phrases d’apparence simple –un peu comme les danseurs de claquettes qui font ça avec une apparente légèreté et facilité et ont beaucoup travaillé pour y arriver-).
Dans « Tortilla Flat » on suit l’histoire de gens simples, qui n’ont pas beaucoup plus de souci que se trouver un gallon de vin pour la journée et un peu de nourriture, du moins s’est ce qu’ils s’efforcent de croire. Surtout depuis que Danny leur a fourni le toit dont il a hérité. La vie continue son petit bonhomme de chemin, de micro aventure en micro aventure, sans que les amis de Danny se rendent compte du blues qui croît en lui, regret de sa vie d’avant la propriété.
Mais la véritable histoire tient plutôt dans la naissance et la mort d’une amitié de groupe soudée, les petites choses à quoi ça tient, comment d’un sentiment très fort ne peu en définitive plus rester grand chose, si ce n’est dans les mémoires, et c’est déjà ça.
Le narrateur garde une certaine distance par rapport aux personnages, ce qui permet d’introduire un peu d’ironie et d’humour sur les pensées du groupe qui sont assez simplistes, mais sans jamais les juger, en respectant ses personnages pour ce qu’ils sont, avec tendresse.
Un conte de bidonville qui laisse un goût doux-amer planer autour du lecteur qui referme le livre…

 

Un très bon livre sur l'amitié, la solidarité. 

                                                                                                        retour

Avant le gel - Henning Mankel

 

Pour les nombreux fans de l’irascible inspecteur suédois Kurt Wallander, ça n’est pas une surprise : sa fi lle Linda est, elle aussi, entrée dans la police, pour le meilleur et pour le pire… Et c’est pour le pire qu’elle se retrouve en première ligne dans cette lugubre histoire de secte maléfi que. Ce livre noir comme les forêts d’Ystad, début d’une trilogie où la jeune femme vole en partie la vedette à son vieil ours de père, renoue avec du grand, grand Mankell…

 

La tête et les mains d'une femme sont retrouvées près d'un exemplaire de la bible aux pages griffonnées. Ce crime intervient après une série d'incidents macabres, notamment l'immolation d'animaux par le feu. Le commissaire Wallander est inquiet. Ces actes révoltants seraient-ils le prélude à d'autres sacrifices, humains cette fois, et de plus vaste envergure ? Sa fille Linda est impatiente d'entrer dans la police. Elle se lance contre l'avis de son père dans une enquête parallèle, qui la mène vers une secte religieuse fanatique, résolue à punir le monde de ses péchés.

Né en Suède en 1948, Henning Mankell partage sa vie entre l'Afrique et la Suède. Après avoir connu un immense succès avec son héros Kurt Wallander, Henning Mankell entame avec Linda un chapitre nouveau et excitant de la littérature policière.

 

                                                                                                           retour

Concerto à la mémoire d'un ange - Eric Emmanuel Schmitt

 

Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un président de la République amoureux ? Quel lien entre un simple marin honnête et un escroc international vendant des bondieuseries usinées en Chine ? Par quel miracle, une image de sainte Rita, patronne des causes désespérées, devient-elle le guide mystérieux de leurs existences ? Tous ces héros ont eu la possibilité de se racheter, de préférer la lumière à l'ombre. À chacun, un jour, la rédemption a été offerte. Certains l’ont reçue, d’autres l’ont refusée, quelques uns ne se sont aperçus de rien.

Quatre histoires liées entre elles. Quatre histoires qui traversent l'ordinaire et l'extraordinaire de toute vie. Quatre histoires qui creusent cette question : sommes-nous libres ou subissonsnous un destin ? Pouvons-nous changer ?

Suivi du journal tenu par Eric-Emmanuel Schmitt durant l'écriture, Concerto à la mémoire d’un ange s’inscrit dans la lignée d’Odette Toulemonde et La Rêveuse d’Ostende.

 

Des bonnes nouvelles. C'est toujours intéressant à prendre, il y en a tellement peu. J'ai surtout aimé la nouvelle éponyme du livre. Lors d'une plongée, une des 2 héros devient handicapé parce l'autre s'est enfoui sans le secourir. Pendant plusieurs années l'accidenté va chercher l'autre pour se venger. Il est devenu le pire des individus, hautains, exploiteur, alors qu'il était avant son accident un ange. Au contraire l'autre qui était arriviste, condescendant (à tel point qu'il a laissé l'autre dans l'eau pour gagner une course) devient altruiste, éducateur spécialisé. Il est persuadé que l'autre est mort et se consacre alors aux autres jusqu'à ce qu'ils se retrouvent. 

Intéressnat sur la rédemption et l'évolution de chacun. Comment un même évènement déclenchent des choses complètement opposées chez 2 individus.

                                                                                                   retour

Le jeu de l'ange - Carlos Ruiz Zafon

 

Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l'offre inespérée d'un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n'en a jamais existé, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués », en échange d'une fortune et, peut-être, de beaucoup plus.

Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu'il aime le plus au monde. En monnayant son talent d'écrivain, David aurait-il vendu son âme au diable ?

 

J'ai été très déçu par ce livre dont on avait ensencé l'auteur après son premier opus. C'est long, violent, parfois presqu'incompréhensible. On a l'impression qu'il a un contrat de 500 pages et qu'il écrit pour remplir et quand il arrive à 20 pages de la fin il s'en sort par une pirouette irréelle. Je n'ai pas aimé du tout.

 

                                                                                                            retour

Les chaussures italiennes - Henning Mankell

A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l'archipel. Depuis qu'une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s'est isolé des hommes.
Pour se prouver qu'il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s'y immerge chaque matin.
Au solstice d'hiver, cette routine est interrompue par l'intrusion d'Harriet, la femme qu'il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt.
Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer.
Le temps de deux solstices d'hiver et d'un superbe solstice d'été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l'amour et la rédemption.

 

Mankell se ransforme en romancier. Il quitte son univers de policiers. C'est une description psychologique intéressante de 4 personnages essentiellement à laquelle il nous convie. Un homme seul sur une île voit sa vie basculer quand une femme du même âge que lui débarque que sur son ponton avec un déambulateur. Cest son amour de jeunesse qu'il a quittée précipitamment sans explications. Toute en fnesse, elle l'entraînera vers un secret qu'elle a gardé pour elle jusqu'à ce que la maladie ne l'attrape: ils ont eu une fille. Ils partagerons des moments tendres et durs tous les 3. S'ajoutera à ça la rencontre avec une ancienne patiente victime d'une erreur médicale.

On se laisse entraîner par ces personnages, sans les juger, en acceptant ce qu'ils sont chacun avec leurs parcours. Intéressant, bien écrit. 

 

                                                                                                         retour

Les chiens de Riga - Henning Mankell

 

Février 91. Un canot pneumatique s'échoue sur une plage de Scanie. Il contient les corps de deux hommes exécutés d'une balle dans le cœur. L'origine du canot est vite établie : de fabrication yougoslave à l'usage des Soviétiques et de leurs satellites. Les corps sont identifiés : des criminels lettons d'origine russe liés à la mafia.

Un policier de Riga est appelé en renfort à Ystad. Dès son retour en Lettonie, l'étrange major Liepa pour lequel l'inspecteur Wallander s'est pris d'amitié est assassiné. Wallander part pour Riga. Là, privé de tous repères, il se trouve plongé dans un pays en plein boule-versement, où la démocratie n'est encore qu'un rêve, un monde de surveillance policière, de menaces non voilées, de mensonges.

Où est la vérité? À force d'obstination l'inspecteur suédois, réduit à ses seules intuitions mais épris de justice, fera la lumière.

 

Du Wallander pur jus mais avec un fond qui pour moi était moins intéressant que la lionne blanche par exemple.

 

                                                                                                         retour

J'aurais pu virer malhonnête - Bernard Lonjon

(La jeunesse tumultueuse de Georges Brassens)

 

Brassens disait : « J’aurais pu être un gangster. Si je n’étais pas chanteur, c’est voleur que j’aurais été. Piquer du fric… ça doit être bath ! » Il l’a d’ailleurs été un peu lorsque, adolescent, il participa à de petits larcins dans sa ville natale. « J’ai mauvaise réputation », « Je suis la mauvaise herbe », « Je suis un voyou », chantera-t-il plus tard.

Les chansons de Brassens articulent le récit de ce livre riche en histoires inédites. On y trouve entre autre le dossier des Renseignements Généraux dans lequel Brassens est fiché comme « anarchiste intellectuel qui écrit des chansons inspirées des théories libertaires, qui insulte la Police, la Gendarmerie et l’Armée et est poursuivi pour complicité d’adultère ». Cet ouvrage raconte aussi les rapports que Brassens entretenaient avec les francs-maçons et les communistes, lui qui n’a pas sacrifié à l'illusion des lendemains qui chantent et n’a jamais voté, en parfait anarchiste qu’il était : « Quand on est anarchiste, on le reste, c’est congénital. Je n’ai pas de maître. »

 

                                                                                                            retour 

Sans un adieu - Harlan Coben

 

 

retour

Les particules élémentaires - Michel Houellebecq

retour

Le vol des cigognes - Jean-Christophe Grangé

retour

L'homme inquiet - Henning Mankel

retour

Mes étoiles noires

 

Qui aurait dit qu'un jour je lirais le livre d'un footballeur. ET pourtant je ne regrette rien. Ce livre est une mine de renseignements sur des personnalités noires qui ont marqués l'histoire. Je l'ai découvert lors d'une de ces remarquables émissions de Daniel Mermet 'Là-bas si j'y suis'. Cette émission portait sur l'assasinat de Patrice Emery Lumumba par ou au moins avec la complicité du gouvernement belge de l'époque. Une auditrice a évoqué le livre de Thuram avec des termes tellemnt élogieux que j'ai couru le chercher à la bibliothèque. A mon tour de vouloir partager ce livre anti-raciste à faire découvrir au plus grand nombre. Sous titré de Lucy à Obama, il reprend de grandes figures du combat incessant des noirs face au pouvoir blanc. On y découvre avec surprise, Esope, Taharka, pharaon noir , Pouchkine mais aussi MalcomX, Martin Luther King, Mohamed Ali,et bien d'autres plus ou moins connu mais qui tous une histoire hors du commun.

"Le grand obstacle opposé aux Noirs en lutte pour leur liberté, ce n'est pas le membre du conseil des citoyens blancs ni celui du KuKlux Klan, mais le blanc modéré qu préfère une paix négative issue de l'absence de tensions, à la paix positive issue d'une victoire de la justice; qui croit pouvoir fixer, en bon paternaliste, un calendrier pour la libération d'un autre homme; qui cultive le mythe du "temps -qui-travaille-pour-vous" et conseille constamment au Noir d'attendre "un moment plus opportun" Martin Luther King

retour

La carte et le territoire - Michel Houellebecq

retour

Jean ferrat - Une vie: Jean-Dominique Brière

retour

Virgine Despentes: Apocalypse bébé

La Houellebecq féminine

 

retour